Publicité
Imprimer PDF Envoyer à un confrère

Portrait

Jean PIAT « On ne retient que ce que l’on aime »

Publié le 30 Nov 2010

B. KAGAN

L’humour et la légèreté pour sauver de la vieillesse, telle pourrait être la devise de Jean Piat, comédien de 85 ans qui présente actuellement un spectacle « Vous avez quel âge ? » dans lequel il se voit confier les fonctions non pas du ministre de la Jeunesse et des Sports, mais celle du ministre de la Vieillesse et de son Sort.


Né en 1924, Jean Piat n’a jamais divulgué beaucoup de détails de sa vie personnelle, et préfère parler de son travail, qui est, à son sens, primordial. « Le secret, confiait-il à un quotidien, comme dans tant d’autres réussites, c’est le travail, toujours le travail. » Le comédien entre à la Comédie Française le 1er septembre 1947, et en devient sociétaire le 1er janvier 1953. Il la quitte le 31 décembre 1972 pour en être sociétaire honoraire le lendemain.

Travaillant quasiment chaque jour de l’année, il multiplie les rôles, joue dans 91 pièces de théâtre pour la Comédie Française, et ne quitte pas les planches même après son départ. Il joue, met en scène, obtient un Molière en 1997 pour son adaptation de l’Affronteur, touche aussi au cinéma, à la télévision et à l’écriture. Entre autres récompenses littéraires, il obtient le prix Saint Simon en 2002 pour Je vous aime bien, Monsieur Guitry et la médaille de vermeil de l’Académie Française en 2004 pour Beaumarchais, un intermittent du spectacle.
L’âge n’inquiète pas Jean Piat outre mesure. « La retraite est une condamnation, affirmait-il récemment. Le jour où je ne pourrai plus jouer, je souhaite partir le plus vite possible au cimetière ». Et surtout, ne jamais oser lui demander s’il joue encore ! Ainsi, le comédien continue à travailler pour ne pas devoir quitter la scène, ce qui, à son sens, serait synonyme d’exil. Et, il est sur scène tous les soirs, depuis ses débuts !



Il parle de son métier comme d’une activité « intellectuelle » pour entretenir sa mémoire qui n’est rendu possible que par le plaisir qui en ressort. « Je travaille mes textes, encore et encore, mais je ne pense pas que des exercices de mémoire soient très utiles. Car, au final, on ne retient que ce que l’on aime. Avec comme objectif de ne pas vieillir intellectuellement. » Et considère que le corps doit aussi être entretenu : « J’avais commencé la natation à 40 ans, avant d’arrêter pour des petits problèmes de santé. Mais, je reprends petit à petit et je cours aussi. Il ne faut pas se tromper : le métier d’acteur est un métier physique, pas intellectuel. »
Avec un humour qui n’est pas désespoir, Jean Piat pose à son tour la question qu’il entend trop souvent : « Vous avez quel âge ? » et se lance, seul face à une salle qui ne désemplit jamais, dans une critique du jeunisme et une apologie de la vieillesse, sans langue de bois. Sans peur de vieillir, le comédien montre pourtant une réelle lucidité, ce qui le rend rassurant quant à notre propre sort ! Il donne aisément les conseils nécessaires pour ne pas se sentir vieillir : « pour rester jeune, ne jamais parler du bon temps passé ». Pour lui, « l’âge et le temps sont des grands problèmes qui n’ont pas de solution, mais il y a tout de même des palliatifs » qui ne font qu’accentuer l’âge. La réelle solution serait l’acceptation, « Vieillir, c’est emmerdant, mais quand on sait que c’est ça ou la mort, on trouve ça épatant ! »

PLUS D'ARTICLES SUR LE MÊME THÈME

Publicité